Éditorial

« Je suis la Résurrection et la Vie »

En ce dimanche de Carême, et en pleine épidémie de coronavirus, nous pouvons nous questionner sur ce qu’est un virus. Pour les biologistes, un virus est un parasite intracellulaire obligatoire qui détourne la machinerie de la cellule qu’il infecte à son propre profit. A ce titre, le coronavirus qui secoue notre société est un vrai parasite qui tue, fragilise les plus faibles, perturbe notre économie, fait perdre son travail à d’autres ou les met en situation extrêmement précaire. Que ce temps de Carême soit une occasion pour recentrer nos prières sur toutes les victimes de ce coronavirus, sur les personnels soignants et tous ceux qui se rendent disponibles.
Puissions-nous aussi nous questionner sur tous les virus qui viennent parasiter notre vie : téléphone portable, Internet, réseaux sociaux, télévision, diverses addictions, qui nous occupent selon les statistiques 4 à 6 heures par jour …
En même temps, tous les virus ne sont pas pathogènes pour l’Homme (seulement 3% le sont), et bien d’autres virus ont des actions bénéfiques, que ce soit pour l’équilibre de notre flore intestinale, pour notre système nerveux, pour le rôle qu’ils ont joué dans l’Evolution, et pour nous défendre d’autres agents pathogènes…Sachons reconnaître en cette crise les points de conversion que nous pouvons mettre en œuvre au cours de ce Carême.
L’Evangile de ce jour, selon St Jean , nous relate les paroles de Jésus « Moi, je suis la Résurrection et la Vie». Il s’agit là d’une parole que nous devrons prendre au sérieux, notamment, et ce n’est pas un hasard, parce qu’elle est placée mathématiquement en plein centre de l’Evangile de St Jean.
« Je suis la Résurrection et la Vie »… comment en ce moment pouvons-nous témoigner de cette Parole ?
En ces temps de confinement, comment pouvons-nous porter ces paroles de Jésus? Pensons-nous aux paroles de notre Pape François qui nous recommandait, à l’image de la Vierge Marie, lors de la « Visitation » à sa cousine Elisabeth, de faire nous aussi une « Visitation » chaque jour ? Autrement dit, puisqu’il est question de confinement, et que certains d’entre nous sont en télétravail, en chômage technique, ou confinés chez eux, de penser chaque jour à appeler par téléphone, contacter par e-mail ou SMS une personne à laquelle nous n’aurions pas pensé, après avoir prié l’Esprit-Saint ? Une simple « Visitation », « à distance », par jour, qui peut changer beaucoup de choses…

 

Pierre-Emmanuel Ceccaldi
diacre permanent

dimanche 29 mars 2020